Saut à l’élastique : ce qu’il faut savoir

femme saut elastique

Féru de sensation forte, vous aimez l’adrénaline, et vous n’avez pas peur du vide? Le saut à l’élastique est fait pour vous! Avant de vous jetez dans le vide, on vous dit tout ce qu’il faut savoir. Venez dépasser votre peur : frissons garantis.

Les origines du saut à l’élastique

Commençons par le commencement. A partir des années 80, Alan John Hackett s’est inspiré d’une activité néo-zélandaise traditionnelle qui consiste à sauter de 25 mètres en se freinant à l’aide d’une liane nouée à la cheville. Il a créé un cordon élastique très extensible permettant d’absorber la chute, et s’est fait connaître avec de nombreux sauts restés célèbres, par exemple depuis la Tour Eiffel (qui lui valut un bref séjour en prison). La pratique a cependant bien évolué à présent, et les normes de sécurité sont désormais bien plus présentes.  On continue à sauter le plus souvent d’un pont, comme le faisait AJ Hackett, mais aussi de tours, de grues – bref, de tout point de départ suffisamment haut !

Ce qu’il faut savoir avant le grand saut

Une autorisation parentale est nécessaire pour les mineurs. Il n’y a pas de limite d’âge maximale, mais à partir de 100 mètres de haut environ, un certificat médical, notamment pour le cœur, peut-être demandé après 50 ans. De manière générale, chez SportRIZER, on vous encouragera toujours à consulter votre médecin traitant si vous avez le moindre doute ou besoin d’être rassuré. N’hésitez pas également à prendre contact avec l’organisme qui va vous encadrer lors du saut : ils sont aussi là pour vous donner tous les éléments d’information afin de vous préparer correctement.

Avant le saut du premier participant de la journée, un test est effectué depuis le pont, en faisant tomber un ensemble de poids très lourds. De quoi rassurer les derniers sceptiques ! 

La ou les personne(s) qui sautent sont au départ attachées à l’élastique par deux mousquetons : le premier au niveaux des pieds et le deuxième au torse, par un baudrier.

pont saut à l’élastique

Ce qu’il faut savoir pendant le saut

Lors de la première descente, le sauteur est en chute libre. Il va atteindre les 100km/h en quelques secondes, pour une hauteur en général d’une centaine de mètres – jusqu’à atteindre le bas de l’élastique, où la vitesse diminue ensuite très vite. Comme dans toutes les activités extrêmes, vous avez le droit de crier et nous faire part de vos émotions ! En continuant la descente l’élastique va remonter, après avoir atteint son seuil le plus bas.  

À sa demande, si un étang ou un lac se trouve en dessous, la personne peut toucher l’eau par la tête ou les pieds.

Et enfin pour la réception, depuis une grue comme d’un pont ou d’un viaduc, lorsque l’élastique ne rebondit plus, un responsable situé en bas demande au sauteur en suspension d’attraper la corde du baudrier qui le relie à l’élastique, pour faciliter la réception au sol tout en douceur.

 ALT: Une femme qui saute dans le vide.

Les questions les plus courantes pour le saut à l’élastique

Où puis-je sauter à l’élastique en France ? 

Il existe de nombreux spots : l’intérêt du saut à l’élastique est justement qu’il suffit d’un point de départ suffisamment élevé pour le mettre en place. Viaducs, ponts, tours, au dessus de l’eau ou non : vous aurez l’embarras du choix.

Comment je m’habille ? 

En tenue de sport : il faut qu’elle soit suffisamment moulante pour que le baudrier soit bien serré. Ne portez pas de bijoux ou d’accessoires pouvant se décrocher et n’oubliez pas de prévoir une tenue de rechange pour après, et des chaussures confortables : il faut parfois marcher un peu avant d’atteindre l’endroit d’où vous allez sauter.

Est-ce-que beaucoup de gens abandonnent ? 

Non ! Les encadrants sont formés pour vous aider à aller jusqu’au bout de l’aventure, et rares sont ceux qui flanchent au dernier moment. Ce serait dommage d’être le premier, non ? En tout cas nous, on croit en vous !

 ALT: Un homme dans le vide.

Et pour finir …

On vous laisse avec deux vidéos qui, on l’espère, vous donneront envie de vous lancer … dans le vide. 
Le plus haut saut à l’élastique du monde se trouve à Macao. Lorsque vous sautez du promontoire de la tour, c’est pour atterrir plus de 200m plus bas ! Cette vidéo, tournée par le Virtual Studio TV, risque de vous donner des sueurs froides ; promis, les prestataires référencés chez SportRIZER ne vous feront pas partir d’aussi haut.

Et pour ceux qui recherchent l’originalité : le “swing chair”, très populaire en Nouvelle-Zélande, consiste à basculer dans le vide depuis une chaise fixée en hauteur. Avantage : plus besoin de trouver le courage de sauter, le moniteur fera le travail pour vous en poussant la chaise. Inconvénient : bonjour les sueurs froides ! On vous laisse regarder la vidéo d’Adam Wilson et vous imaginer à leur place …

Alors, convaincus ? Chez SportRIZER on est convaincus que le saut à l’élastique est le parfait cadeau à faire (ou à se faire !), pour les amateurs de sensations fortes en extérieur ou ceux qui veulent le devenir !

Si vous n’êtes pas tout à fait prêt pour le grand saut mais que vous aimez les activités en plein air, les sensations fortes et pouvoir en même temps découvrir des paysages à couper le souffle, pourquoi ne pas commencer par le saut en parachute, que vous pouvez effectuer en tandem ; ou pour une première étape idéale, le parapente vous fera décoller … tout en douceur.

Venez retrouver l’équipe de professionnels qui vous emmènera au septième ciel sur SportRIZER.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *