fbpx

Comprendre les prévisions en voile

voile

Vous souhaitez débuter la voile ou possédez déjà de l’expérience mais ne comprenez pas encore les prévisions météorologiques ? Cet article est fait pour vous ! On vous décrypte les prévisions en voile avec l’aide de Yann Amice, météorologue et Chief Scientific Officer chez SportRIZER.

Les 3 grands points

L’atmosphère

La zone qui nous intéresse c’est les basses couches de l’atmosphère. C’est dans celles-ci que l’on retrouve plusieurs paramètres météorologiques : la pression, la température, et l’humidité. Ces trois paramètres définissent un état stable. Si on rajoute un facteur vent à cet état stable, l’atmosphère se déplace. On a alors un aspect dynamique de la météorologie transporté sur le globe. Ce facteur vent est quant à lui, déterminé par le champ de pression.

Le champ de pression

La pression correspond au poids de la colonne d’air sur une surface donnée. Suivant les différences de pressions, on a un mouvement des hautes vers les basses pressions. Si on regarde le globe de manière générale, on peut y observer des zone de basses et des zones de hautes pressions.

carte isobarique

Pour une lecture complète d’une carte isobarique, il faut savoir identifier les zones de basses pressions (dépressions) et les zones de hautes pressions (anticyclones). Si la pression est inférieure à 1015hPa il s’agit d’une dépression (en forme de trou). À l’inverse, si la pression est supérieure, il s’agit d’un anticyclone (en forme de dôme. Une pression qu’on pourrait qualifier de normale au niveau de la mer serait de 1013,25hPa.

Le vent

Vous vous êtes peut-être déjà demandé d’où venait le vent, et qu’est-ce qui le commandait : c’est la différence de pression.
Un écart de pression d’un endroit à l’autre va générer de l’air qui lui-même cherchera à se rééquilibrer des hautes vers les basses pressions. L’air va circuler en fonction de ces différences de pressions. Il faut voir l’air comme un ensemble de molécules. Quand tout est bien réparti alors l’état est stable. Le vent va se composer également en fonction de la force de Coriolis (force induite par la rotation terrestre). Concrètement, cela se traduit par un vent dans le sens inverse des aiguilles d’une montre en zone de basses pressions (dépression) dans l’hémisphère Nord. Celui-ci sera dans le sens des aiguilles d’une montre en zone de hautes pressions (anticyclone).

Sur les cartes isobariques, on trace les lignes d’égale pression (de 4hPa en 4hPa) : ce sont des lignes isobares. Le vent va être parallèle aux isobares, on parle alors du principe de Coriolis. Plus les isobares sont serrées, plus le vent est fort.

L’aspect sur lequel il faut être le plus vigilant

Il faut être focalisé·e sur la vitesse du vent et sur votre position par rapport à ce vent. Le tout en essayant de prendre en compte le périmètre où vous allez effectuer votre session. Il faut également bien regarder si le vent vient de la mer ou de la terre. Si il y a beaucoup de vent sur une surface maritime, cela va générer des vagues, on parle alors de mer du vent. Plus le vent soufflera fort et longtemps, plus l’état de mer sera conséquent. En revanche, si le vent souffle de terre, les vagues seront au large. Lorsqu’il y a du vent soufflant très fort au large, cela génère des vagues et nous subissons alors une houle sur la côté, indépendamment du facteur vent.

Les conditions à éviter

Le risque est de se faire piéger par des conditions de vent qui se dégradent. Pour éviter cela, il faut regarder l’évolution de vent en journée (évolution du champ de vent et de pression). Les conséquences du vent sont associées à l’état de mer.
Mais il peut également y avoir d’autres éléments pouvant vous pénaliser. Par exemple, les vagues qui se seraient formées au large suite à du vent fort au large. De même, l’orage est très dangereux en voile. C’est un temps sensible, capable de générer son propre vent en rafales. Il est donc primordial de savoir appréhender l’orage en mer. Enfin, le brouillard est tout aussi dangereux. Ce dernier est présent lorsqu’il y a très peu de vent. On peut se renseigner à ce sujet via les bulletins de météo marine.
En résumé, en mer il faut se concentrer sur le vent, et être vigilant face au brouillard, à l’orage et à la houle.

On espère que vous vous y connaissez désormais mieux et que vous saurez déchiffrer les prévisions en voile à l’avenir !
Et si vous prévoyez de vous mettre au surf, on vous explique aussi comment mieux comprendre les prévisions au surf 😉

Articles récents :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *